Mes activités au quotidien

  • Conseillère régionale d'Aquitaine,
  • Députée Suppléante de Noël Mamère et
  • Membre du Parti Socialiste

mardi 4 mai 2010

L’Ecole publique et laïque : seul cadre pour protéger les enfants de toute forme d’intégrisme !

L’École est le lieu de l’apprentissage, de la rencontre des autres, de la construction et donc de l’émancipation. L’école se doit d’être un cadre qui protège et instruit afin de forger des citoyens ouverts et tolérants.

Lors de la diffusion de l’émission «Les Infiltrés » le 27 avril 2010, chacun a pu constater les dérives très graves du traditionalisme religieux et les propos insoutenables tenus par certains élèves et professeurs d’une école hors contrat. Au-delà de la condamnation ferme de ces propos et de la demande de poursuites nécessaires, nous devons nous interroger sur la gravité des discours véhiculés par l’école catholique traditionaliste Saint Projet. Alors que les intéressés nient les liens qui les unissent à l’Eglise Saint Eloi, il faut rappeler que cette école dépend de l'Institut du Bon Pasteur, dont le supérieur général n’est autre que l'abbé Philippe Laguérie, ancien curé de l'église traditionaliste parisienne Saint-Nicolas du Chardonnet, aujourd’hui en charge de Saint Eloi à Bordeaux.

Les discours tenus par certains élèves sont intolérables car clairement racistes et antisémites. Il en va de même pour ceux du professeur d’histoire qui compare fièrement la Waffen SS à une armée d’élite et glorifie le Maréchal Pétain. Ces propos n’ont pas droit de cité dans notre République et donc dans cette école hors contrat.

Nous demandons aujourd’hui la communication du rapport de l’Inspection d’Académie concernant cette école et l’ensemble des écoles hors-contrat, qui doivent être d’avantage et plus sévèrement contrôlées (cf question écrite de Michèle Delaunay). Nous demandons également la fermeture de cette école qui, d’après le reportage, ne paraît pas exiger de diplôme pour engager ses enseignants et se mettrait donc hors la loi.

Sur des sujets aussi graves, la République ne saurait souffrir d’aucune exception. Nous ne pouvons accepter de telles dérives et réaffirmons notre volonté de faire appliquer la loi sur l’ensemble du territoire national.

Premiers signataires:
Naïma Charaï (Conseillère Régionale d’Aquitaine)
Matthieu Rouveyre (Conseiller Général de la Gironde, Conseiller Municipal de Bordeaux)
Michèle Delaunay (Députée de la Gironde)
Noël Mamère (Député de la Gironde)
Martine Faure (Députée de la Gironde)
Françoise Cartron (Sénatrice de la Gironde)

5 commentaires:

desir a dit…

Petite erreur il me semble : une école hors contrat peut engager qui elle veut comme enseignant ... Je vous signale hélas qu'il en est de même pour les remplaçants dans les écoles privées et publiques (titres universitaires requis uniquement , pas de compétence pédagogique = ... et qu'il risque d'en être de même dans le primaire, avec le pole emploi éducation
Th Bonnaud, instituteur

Michel a dit…

Chère Naïma, tu parles d'"école publique et laïque". Encore faut il être clair sur ce qu'on entend par laïcité. Les croyants , je ne parle pas ici des croyants en des partis politiques donnés ,mais des croyants en une religion donnée, choisissent parfois de placer leurs enfants à l'école privée parce qu'ils ont le sentiment que LE PRINCIPE DE NEUTRALITé de l'école publique face aux religions n'est pas respecté. Il s'agit d'être clair sur le devoir de réserve de l'enseignant face aux enfants qui lui sont confiés. Je me souviens sur les bancs de l'école et du lycée avant 1981, avoir entendu dans la bouche d'enseignants des plaidoiries athées, communistes et même anarchistes. Ni le prosélytisme politique, ni le prosélytisme pour une religion , ni le prosélytisme pour l'athéisme ne sont acceptables. Sur cette base si elle est acceptée, on peut ensuite discuter. Et il semble qu'il y a aussi là du travail pour que l'ecole et le lycée de la République redeviennent des lieux de NEUTRALITE dans ces domaines. Encore une fois l'ecole laique que nous aimons n'est pas l'école athée de style ex union sovietique ou de quelqu'autre style.

Vié le Sage a dit…

oui Naïma Th Bonnaud a raison, les enseignants des établissements hors contrat n'ont pas obligation de diplômes c'est d'ailleurs souvent pour cela que ces écoles sont hors contrat !
Par contre l'inspection académique a obligation de contrôler leur enseignement, ce à quoi elle a manqué gravement d'autant que son attention avait été attirée sur cette école dès sa créatin par le conseiller municipal J. Respaud

Anne Vié le Sage Respaud

Anisvert a dit…

bhaaa, comme si l'école républicaine était libre d'idéologie, la preuve que non, à vous lire. L'idéologie stalinienne a encore de beaux jours devant elle si on vous en croit, et des parents peuvent ne pas avoir envie de voir leurs enfants embrigadés là-dedans.

Anonyme a dit…

A partir du moment où quelqu'un enseigne à un autre, la liberté de penser n'existe plus. La laïcité est une utopie qui ne sera jamais réalisable.